On est ici en présence d’un vin nature de haute voltige. Une cuvée issue du négoce, un assemblage de gamay et de plusieurs vieux cépages jurassiens. C’est la cinquième bouteille que je déguste de ce vin et je suis toujours aussi ébloui par la pureté du fruit.

Si l’on reconnaît rapidement le côté nature du vin, notamment en raison du léger perlant (effervescence) qui se dissipe rapidement, c’est l’explosion de fruits rouges (cerise) et son côté gouleyant qui nous reste en bouche et dans notre mémoire sensitive. C’est le genre de vin qui ne laisse personne indifférent et qui ne plaira pas à tous les palais. Pour ma part, la magie de Ganevat opère dans ma bouche, mon seul regret étant qu’il est difficile de mettre la main sur les autres cuvées du domaine.

Publicités