Le 25 mars dernier, lors d’un repas en famille, une dégustation de huit Morgons de Jean Foillard – quatre classiques et quatre crus – m’a permis de confirmer le talent exceptionnel de ce vigneron.

Tous les vins tiennent encore très bien la route et si certains présentaient un fruit plus éclatant que d’autres, dans l’ensemble, ils étaient tous très bons.

Quelques notes générales

  • Aération (oxygéner le vin) : les arômes des vins se sont tous précisés et améliorés après plusieurs heures d’aération.
  • Température de service : les vins sont meilleurs lorsqu’ils sont dégustés légèrement rafraîchis.
  • Surprise : le millésime 2012. Bien que ce fut une année très difficile pour les vignerons du Beaujolais, les cuvées Corcelette et Côte du Py m’ont charmé avec leur beau fruit éclatant et leur bouche complexe et équilibrée. Cela confirme l’adage qui dit de miser sur les bons producteurs dans les plus petits millésimes.
  • Déception : le millésime 2013. Les vins n’étaient pas mauvais en soi, mais je les ai trouvé un peu quelconques et mal définis. J’avais beaucoup apprécié la cuvée Corcelette à sa sortie en succursale, il y a quelques mois, mais ce vin est moins ressorti du lot en comparaison avec les autres millésimes. Je vais revisiter les vins de ce millésime avant la fin de l’année.
  • Prédiction : 2014 sera une grande année pour le Beaujolais. Mon constat s’appuie sur la dégustation des vins de cinq producteurs différents au cours des dernières semaines.

Vins dégustés dans cet ordre

  1. Morgon 2012
  2. Corcelette 2013
  3. Morgon 2011
  4. Morgon 2014
  5. Corcelette 2012
  6. Corcelette 2011
  7. Morgon 2013
  8. Côte du Py 2012

Mon classement pour les Morgons classiques

  1. 2011
  2. 2014
  3. 2012
  4. 2013

Mon classement pour les crus :

  1. Corcelette 2012
  2. Côte du Py 2012
  3. Corcelette 2011
  4. Corcelette 2013

Morgon 2011

Foillard-morgon-2011

Ce fut ma surprise de cette dégustation : ce vin était encore très vivant! Le nez me fait penser aux petites fraises en bonbon de mon enfance. En bouche, la fraise est très présente et, après quelques heures, on perçoit aussi des arômes de chocolat et de noisettes qui amènent un côté très mûr au vin, me rappelant un peu le grenache des vins rhodaniens. Très agréable maintenant, il me semble que ce vin peut encore vieillir. Pour les besoins de la science, je vais attendre quelque temps avant d’ouvrir ma dernière bouteille!

Morgon 2012

Foillard-morgon-2012

Je n’avais pas aimé cette cuvée à sa sortie en succursale en 2014 compte tenu du niveau d’acidité trop élevé. Le vin s’est assagi, sa fougue de jeunesse a été domptée, l’acidité étant beaucoup moins agressive. Nez sur la framboise, bouche sur la fraise et la framboise, le vin s’améliore avec le temps. Un beau fruit, une finale un peu courte, le vin n’étant pas plus complexe qu’il y a quelques années mais, tout de même, il est beaucoup plus agréable à boire dans son état actuel. À revoir dans deux ans.

Morgon 2013

Foillard-morgon-2013

En relisant mes notes, ce vin a été difficile à juger. À l’ouverture, un nez plus exubérant et une bouche plus gourmande m’incitaient à le classer en avant du 2011 et du 2012. En le revisitant six heures plus tard, je l’ai trouvé un peu mince. Dans son profil actuel, c’est une belle gourmandise, mais je ne crois pas que ce vin mérite d’être conservé plusieurs années.

Morgon 2014

Foillard-morgon-2014

Nez suave et intense sur les fruits rouges : tout ce que j’aime d’un Beaujolais jeune et fringant! La bouche est juteuse et le vin présente un très bel équilibre entre acidité, fruit et tanins. Très jeune, mais déjà agréablement délicieux.

Corcelette 2011

Foillard-morgon-corcelette-2011

Nez marqué par un beau fruit dominé par la cerise, on retrouve aussi des notes de sous-bois et d’épices douces. En bouche, à l’ouverture, j’ai remarqué un côté dilué (aqueux) désagréable. Cet aspect disparaît quelque peu avec le temps, mais on n’a pas toujours de deuxième chance de faire une bonne première impression! Il me reste une bouteille de ce vin, mais je vais attendre au moins un an avant d’y goûter à nouveau.

Corcelette 2012

Foillard-morgon-corcelette-2012

C’était ma sixième et dernière bouteille de ce vin qui fut mon préféré lors de cette dégustation. Nez exubérant sur la fraise et la framboise, bouche complexe et équilibrée, avec un côté « minéral » et épicé que je n’ai pas retrouvé dans les autres millésimes. Une très bonne longueur en bouche et une finale méditative qui me laisse imprégner par la magie de Foillard.

Corcelette 2013

Foillard-morgon-corcelette-2013

C’est la troisième bouteille de ce vin que je débouche en quelques mois, et c’est cette dernière qui m’a procuré le moins d’émotions. Le vin n’est pas mauvais, loin de là, mais il m’a semblé quelque peu quelconque et a peut-être souffert de la comparaison avec les autres millésimes.

Nez un peu fermé au départ mais, peu à peu, il se développe pour dévoiler de doux arômes de fruits rouges. La bouche est gourmande, mais la finale tombe un peu à plat. La bouteille se boit très bien, mais le vin manque un peu de complexité et de définition.

Cette bouteille démontre peut-être les limites du millésime qui a produit des vins gourmands, fruités et denses, agréables à boire en jeunesse, mais dont le potentiel de vieillissement est limité. Somme toute, je vais quand même revisiter ce vin à une ou deux reprises au cours de la prochaine année.

Côte du Py 2012

Foillard-morgon-cote-du-py-2012

Nez un peu en retrait au départ, le vin a besoin d’air avant de révéler son doux parfum de petits fruits rouges ainsi que de légers arômes floraux. La bouche est gourmande, enveloppante, une impression de boire un vin de la Côte de Beaune, un Savigny-lès-Beaune, ce qui me porte à croire que ce Côte du Py pourrait faire la barbe à certains pinots noirs de la Bourgogne, lors d’une dégustation à l’aveugle! On peut parler d’une grande réussite pour Jean Foillard compte tenu du millésime moyen. Une garde moyenne de 2 à 3 ans pourrait permettre au vin de se bonifier.

Publicités