« Un assemblage de gamay provenant de vieilles vignes avec d’anciens cépages jurassiens. Vinification en macération carbonique à l’ancienne en cuve tronconique, levures indigènes, vinifié naturellement sans collage, sans filtration. Élevage de dix mois. » – Rezin.com

Robe légèrement trouble et d’un rouge très foncé avec des reflets violacés. Le nez est très invitant sur des arômes de petits fruits des champs, avec un petit côté terreux. La bouche est gourmande, fraîche, avec un léger perlant qui disparaît à l’aération et très gouleyante, sur des arômes de cerise, de fraises des bois, d’épices et de fleurs des champs.

Ce vin est tout simplement succulent : le fruit est croquant, les tanins sont fins et la finale est de longueur moyenne. Dans la même lignée que le Y’a bon the canon du même producteur, avec un haut niveau de buvabilité, une explosion de fruits rouges et une pureté du fruit élégamment mise de l’avant par le magicien Ganevat!

C’est le genre de bouteille qu’on ouvre entre amis et qui se vide très rapidement! Parmi tous les vins de Ganevat mis en vente à la SAQ au cours des dernières semaines, Le Jaja du Ben me semble être la cuvée qui présente le meilleur rapport qualité-prix.

Publicités