« Le romorantin est originaire de Bourgogne. Il a été introduit dans la Loire au XVIe siècle à la demande du roi François 1er. Aujourd’hui, il est principalement cultivé sur l’appellation « cour-cheverny », mais il y a des exceptions. C’est le cas du vigneron Henry Marionnet qui a retrouvé de très vieilles vignes non greffées de romorantin en Touraine. Il les a multipliées et il utilise les fruits dans sa cuvée La Pucelle de Romorantin. » – Lapresse.ca

Robe jaune clair avec des reflets grisâtres. Nez très frais sur des notes citronnées, miellées et anisées. En bouche, le vin est marqué par une acidité très vive, je tente de l’assagir en le passant en carafe. Après une heure, l’acidité est beaucoup moins vive, mais ce vin se révèle davantage à table.

Les arômes citronnés et herbacés de ce romorantin ont très bien mis en valeur notre plat de linguine aux palourdes. Cépage méconnu, le romorantin mérite d’être découvert!

Publicités