« Neveu de Marcel Lapierre, Christophe Pacalet est tombé dans la cuve quand il était petit. Résultat : il produit des vins nature à partir de raisins qu’il contracte auprès de vignerons consciencieux et selon la même approche et le même souci de pureté que celui que l’on connaît chez l’oncle, maintenant célèbre. » – Rezin.com

Millésime 2015 – dégusté le 11 décembre 2016

Robe opaque, foncée, d’un rubis profond avec des reflets violacés. Nez très parfumé sur des arômes de petits fruits rouges mûrs (cerise, fraise), de poivre noir, de réglisse et ainsi qu’une touche florale assez présente.

En bouche, c’est juteux, gourmand et gouleyant sur des notes de fruits mûrs très opulents. Le genre de vin qu’une gorgée en appelle une autre! L’année 2015 dans le Beaujolais n’est peut-être pas un millésime de puriste, mais les vins vont, à mon avis, plaire à la plupart des amateurs. Cela dit, je crois que je préfère présentement les vins du millésime 2014.

Millésime 2014 – dégusté le 29 avril 2016

christophe-pacalet-chiroubles-2014

Robe très foncée et opaque que l’on n’associe pas habituellement aux vins du Beaujolais. Le nez est très plaisant sur des arômes de fruits mûrs. La bouche est gouleyante et sapide sur les fraises sauvages et avec une bonne présence d’arômes floraux. Ce vin possède une belle longueur en bouche et se termine avec une agréable sensation « crémeuse » en finale, comme le note justement le Sommelier Fou.

Très agréable maintenant, je crois que ce vin pourrait se bonifier au cours des deux prochaines années.

Publicités