« The Morgeot is known for its broad-shouldered wines, often the most rich and unctuous of the crus of Chassagne. In this case, Pillot’s vines are located within the most renowned sector of Morgeot known as “Les Fairendes”. This quarter-hectare parcel planted in 1970 benefits from that most favorable of positions to produce a wine that, while large-scaled, has a finesse and presence that elevates it above its more rustic colleagues. » – Madrose.com

chassagne-montrachet

Robe scintillante, lumineuse et de teinte dorée avec des nuances argentées. Premier nez agréable, mais peu bavard, sur des notes de fruits jaunes à noyaux (pêche, abricot), de noisette, d’épices (vanille) et avec un côté assez beurré.

Le vin dévoile progressivement d’intenses arômes de zeste de citron, de pêche à chair blanche, de fleurs blanches, de fumée, ainsi qu’une bonne présence de notes minérales. L’élevage est présent, mais n’envahit pas le bouquet aromatique.

En bouche, l’attaque est vive, mais il y a un beau gras en milieu de bouche qui vient tempérer l’acidité. Puissance et délicatesse sont en parfaite harmonie : des arômes délicats de fruits mûrs du verger (pêche, poire, pomme verte), mais aussi d’ananas, de beurre-noisette, d’amande, de vanille et de fleurs blanches (verveine).

La richesse en bouche n’atteint pas un niveau de lourdeur excessive en raison du côté minéral et citronné qui vient couper « dans le gras » pour nous laisser sur une finale complexe et aérienne, voire éthérée, sur des notes de fruits blancs (pêche, poire), avec une touche crémeuse qui nous rappelle la pâte d’amandes.

Le vin est très jeune et devrait être à son mieux d’ici quelques années. Mais, avec l’oxydation prématurée des vins blancs de la Bourgogne, je ne vais pas attendre plus de deux ans avant d’écluser ma dernière bouteille.

Publicités