« La cuvée Corcelette est issue d’une parcelle située au nord de Morgon et composée de sols de gré sablonneux. Vinification traditionnelle puis élevage en foudre pendant 6 à 9 mois. » – Lecarredesvins.com

Millésime 2015 – dégusté le 18 août 2017

Robe : foncée, couleur pourpre, pourtour violacé assez prononcé.
Nez : fermé au départ, on perçoit peu à peu des notes de fruits mûrs, de violette, d’herbe et de kirsch.
Bouche:  fruits noirs mûrs, plus léger que le taux d’alcool ne le laisse présager. Bombe de fruits, sans aucune lourdeur.

Très bon, mais je le laisserais reposer au moins six mois. L’alcool est quand même assez perceptible. À stade-ci, je préfère les derniers millésimes à celui-ci, mais j’ai confiance qu’il devrait s’améliorer avec le temps. Il pourrait même être sublime d’ici deux ou trois ans. Attendons!

Millésime 2014 – dégusté le 21 janvier 2017

Comparativement à ma précédente bouteille, le vin a perdu son côté sauvage (funky) et a gagné en précision. De beaux arômes floraux et de poivre noir viennent s’ajouter au bouquet aromatique. Toujours aussi soyeux et gouleyant, ce vin fait partie de mes préférés du Beaujolais!

Millésime 2014 – dégusté le 7 octobre 2016

Robe grenat d’une teinte opaque, sombre et un peu trouble. Au nez, c’est une véritable explosion de petits fruits comme la cerise surette, la fraise et la framboise; puis des arômes d’herbes sauvages, d’épices douces et de roses séchés viennent compléter le bouquet.

En bouche, le fruit est mûr, la texture est soyeuse et le niveau d’acidité est moyen; la finale est savoureuse sur des notes de cerises acidulées, avec une touche fumée. Vin d’une grande fraîcheur et d’une gouleyance sans pareil, il est difficile de lui résister! Toutefois, à mon avis, il bénéficierait d’une courte période de repos afin de lui permettre de révéler une plus grande complexité aromatique.

Millésime 2013 – dégusté le 25 mars 2016
Foillard-morgon-corcelette-2013

Premier nez un peu fermé, mais, peu à peu, il se développe pour dévoiler de doux arômes de fruits rouges. La bouche est gourmande, mais la finale tombe un peu à plat. La bouteille se boit très bien, mais le vin manque un peu de complexité et de définition.

Cette bouteille démontre peut-être les limites du millésime qui a produit des vins gourmands, fruités et denses, agréables à boire en jeunesse, mais dont le potentiel de vieillissement est limité. Somme toute, je vais quand même revisiter ce vin à une ou deux reprises au cours de la prochaine année.

Millésime 2012 – dégusté le 25 mars 2016
Foillard-morgon-corcelette-2012

Nez exubérant sur la fraise et la framboise, bouche complexe et équilibrée, avec un côté épicé que je n’ai pas autant retrouvé dans les autres millésimes. Une très bonne longueur en bouche et une finale méditative qui me laisse imprégner par la magie de Foillard.

Millésime 2011 – dégusté le 25 mars 2016
Foillard-morgon-corcelette-2011

Nez marqué par un beau fruit dominé par la cerise, on retrouve aussi des notes de sous-bois et d’épices douces. En bouche, à l’ouverture, j’ai remarqué un côté dilué (aqueux) désagréable. Cet aspect disparaît quelque peu avec le temps, mais on n’a pas toujours de deuxième chance de faire une bonne première impression! Il me reste une bouteille de ce vin, mais je vais attendre au moins un an avant d’y goûter à nouveau.

Publicités