« La Dominode fait partie du premier cru Les Haut-Jarrons. C’est en fait le coeur de ce lieu-dit. Les rendements y sont naturellement faibles, mais réguliers à cause de l’âge vénérable des ceps centenaires. L’exposition à l’est est idéale et la terre est un mélange de cailloux et d’argiles. Je vinifie la Dominode depuis 1979 et il s’agit sans doute de la vigne la plus constante du domaine : rendements toujours faibles et belle maturité des raisins. La qualité de l’encépagement et l’âge de celui-ci contribuent à cette constance. » – Bruno-clair.com

Ce Savigny-lès-Beaune de Bruno Clair présente une robe foncée de teinte rubis avec de légères nuances orangées qui démontrent possiblement que le vin commence son évolution.

Au nez, ce pinot noir, issu à 50 % de très vieilles vignes, plantées en 1902, révèle des arômes de petites baies noires surettes (mûres, bleuets sauvages), de cerise rouge, de fleurs, d’épices douces et de terre humide. Un nez, somme toute, assez aromatique compte tenu de la relative jeunesse de ce vin.

En bouche, le vin dévoile des saveurs assez subtiles de petits fruits (framboises, mûres), de cerise, de cannelle, de violette et de réglisse. Pour ce qui de l’élevage, il est assez discret, contrairement à ce que je m’attendais, a priori, et les tanins, bien qu’ils soient encore fermes, ne sont pas trop rêches, la minéralité et l’acidité venant apporter une grande fraîcheur en fin de bouche.

Le vin est très long en bouche, avec une agréable texture et une finale empreinte d’une légère amertume ponctuée par un fruit délicat et somptueux et agrémentée par une légère touche de zeste d’orange. Certainement le meilleur vin de ce grand producteur que j’ai eu une la chance, jusqu’à maintenant, de goûter.

Ce vin n’a pas atteint son plateau et je crois qu’il peut encore se bonifier au cours des prochaines années. Si j’ai la patience d’attendre, ma deuxième et dernière bouteille sera ouverte au plus tôt d’ici deux ans.

Publicités