« Quand Courtépée, l’historien de notre province, parcourut la Bourgogne en 1776, il fut l’hôte de M. de Thésut, alors possesseur du clos, et dont la maison existe toujours près de l’église de Givry. Et lorsque cet érudit écrit que le vin de Givry est « le Volnay du Chalonnais », et qu’il est « le meilleur » du Bailliage, ce sont, en fait, les mérites du clos Salomon dont il célèbre les louanges. » – Du-gardin.com/clos-salomon/

Millésime 2015 – dégusté le 4 septembre 2017

Robe : rubis vif avec un peu de nuances violacées.

Nez : très parfumé, bien ouvert, notes de petits fruits mûrs, d’épices douces et des arômes qui rappellent la forêt.

Bouche : fruits mûrs (cerise, framboise), mais bien équilibrés par une acidité assez vive et un boisé élégant; texture soyeuse, sapide, gourmand… Le fruité est complété par une touche florale et épicée.

Bref, un très bon pinot noir d’un Domaine que j’affectionne particulièrement. La plus belle réussite depuis le merveilleux 2012.

Millésime 2014 – dégusté le 29 mai 2016

clos-salomon-givry-premier-cru-clos-salomon-monopole-2014

Robe d’un rubis éclatant. Le premier nez est très expressif et complexe sur les petits fruits rouges, les épices douces et une légère touche florale, ce givry « pinotte » joyeusement!

Le vin possède une très belle fraîcheur en bouche, l’acidité est bien présente et les tanins sont souples. La texture est soyeuse, la bouche est gourmande, de petits fruits rouges légèrement acidulés viennent tapisser notre palais. La finale est assez longue et doucereuse, avec une fine touche légèrement épicée. Ce vin devrait bien vieillir au cours des trois prochaines années.

C’est le troisième millésime que j’achète de ce vin et je suis toujours aussi charmé par la pureté du fruit. Le seul défaut de ce 2014 : il se vend 10 $ plus chers que le 2012.

Millésime 2013 – dégusté le 10 septembre 2016

Robe rubis vif aux nuances de cerise. Nez charmeur qui pinotte sur des arômes où s’entremêlent les petits fruits noirs et rouges mûrs, des notes d’épices (poivre) et de sous bois. En bouche, le vin possède une texture crémeuse, des notes de fraises des bois et de cerises noires. L’acidité est assez vive, les tanins sont fermes, mais le côté fruité réussit à ressortir en avant-plan.

La finale est soyeuse, savoureuse et assez longue sur des arômes de petits fruits des champs qui dansent sur mes papilles pour s’évanouir paisiblement et me laisser en bouche une agréable sensation de plaisir.

Millésime 2012 – dégusté le 25 mars 2017

Robe foncée de teinte grenat.

Nez frais, mais un peu fermé, sur les petits fruits rouges, le poivre noir et une touche florale. À l’aveugle, j’aurais pu le confondre avec un Morgon!

En bouche, le fruit est éclatant, doucereux et coulant. Lors de ma première dégustation de ce vin (2014), j’avais trouvé le boisé un peu trop présent. Les trois années de repos auront permis à l’élevage de s’intégrer complètement!

Bien qu’il n’ait pas la complexité aromatique des meilleurs crus de la Bourgogne, ce pinot noir me procure un grand plaisir pour un prix très accessible (35 $ en 2014). Ma dernière bouteille sera éclusée au cours des douze prochains mois.

 

 

Publicités