« Est-il utile de rappeler qu’Emmanuelle Dupéré est Québécoise? Elle et son conjoint, Laurent Barrera de Toulon, initialement des néophytes de la conception du vin, ont créé au début des années 2000 un négoce de boutique axé sur la Provence et le Languedoc-Roussillon. À leur audace et leur matière grise se sont amalgamés l’instinct et la ténacité, si bien que la gamme de produits est vite devenue constante et sérieuse. » – Maitredechai.ca

Millésime 2015 – dégusté le 18 mai 2017

Robe limpide, brillante, légère et de teinte rose pâle avec des nuances de pêche.

Le nez est très ouvert sur des notes de fruits à noyaux (pêche, nectarine), de melon, ainsi qu’une bonne présence d’arômes floraux (fleur d’oranger); un nez subtil, tout en délicatesse, et très invitant.

En bouche, très beau fruité, enveloppant, mais la puissance et le côté vineux nous indique que ce rosé est à son mieux à table. Bonne longueur en bouche, impressionnante pour un rosé, et finale tout en douceur sur des notes de fruits à chair blanche.

N’hésitez pas à servir ce vin avec, par exemple, un filet de porc (cuisson : rosé!) sur le BBQ. Les rosés de Provence font généralement de très bons accords à table!

Millésime 2014 – dégusté le 28 mai 2016

Robe de couleur saumon pâle. Nez délicat sur la pêche et les fleurs blanches. En bouche, c’est frais et sec, avec une acidité moyenne sur des arômes d’agrumes et de pêche blanche mûre avec une légère touche épicée. La finale est doucereuse sur une fine trame de fruits blancs avec une touche iodée. La longueur en bouche est un peu courte, moins longue que le rosé Marsannay de Bruno Clair. Cela dit, ce rosé de Provence est parmi mes préférés de la région.

Très bon en apéro, ce bandol a toutes les qualités requises pour s’accorder à merveille à table avec des plats de poissons ou de fruits de mer.

Publicités