« C’est en goûtant les vins du regretté Marcel Lapierre que Descombes, devenu depuis un des meilleurs producteurs du Beaujolais, a eu le désir profond d’élaborer ses vins en misant sur la pureté et l’élégance. » – SAQ.com

Millésime 2015 – dégusté le 12 mai 2017

Robe d’un rouge foncé avec de profondes teintes violacées sur le pourtour. Le premier nez est charmeur sur des notes de fruits mûrs, d’épices et de petites fleurs sauvages. Dès les premiers effluves, on reconnaît l’opulence du millésime 2015.

En bouche, le fruit est gourmand et croquant sur des arômes de petits fruits (fraise, framboise), de violette et de poivre. Ce n’est pas le vin le plus complexe (pas du niveau de la cuvée vieilles vignes du même producteur), la longueur en bouche est assez courte, mais ce vin se boit facilement et me procure un réel plaisir en ce vendredi de mai… Je l’aimerais davantage avec un peu plus de finesse et un prix d’achat autour de 18-20$.

Un vin à partager avec des amis, par une chaude journée d’été.

Millésime 2014 – dégusté le 9 mars 2016

georges-descombes-brouilly-2014

Robe rouge claire légèrement trouble. Premier nez très séduisant sur la cerise et la fraise. La bouche est fraîche et plaisante sur des saveurs de petits fruits rouges avec un côté épicé. Ce n’est pas le beaujolais le plus profond, ni le plus complexe, mais il est très gouleyant!

Attention : facteur de buvabilité très élevé! C’est le parfait exemple d’un vin qui fait l’éloge de la légèreté, idéal en apéro pour accompagner des plats légers!

Millésime 2013 – dégusté le 9 décembre 2016

Robe brillante, d’un beau grenat. Le premier nez est un souvenir de mon enfance lorsque ma mère préparait ses confitures de fraises et qu’elle en extrayait une écume sur le dessus du chaudron lors de la cuisson… Un nez de petits fruits rouges légèrement sucrés (fraise, framboise, canneberge), de fleurs sauvages, de terre humide et avec une touche épicée (poivre).

En bouche, le vin est très gouleyant, l’acidité assez vive amène une belle fraîcheur et le fruit est très coulant. C’était ma dernière bouteille, mais ce vin était à point. Je crois que les 2014 et 2015 pourront être conservés un peu plus longtemps.

 

Publicités