« Nos vignes plantées sur les Longeroies (1,26 ha) sont parmi les plus âgées du domaine (plus de 70 ans pour les plus vieilles et 25 ans pour les plus jeunes). Les vins qui en sont issus allient finesse et puissance pour donner un vin complet, riche et nuancé. » – Bruno-clair.com

Millésime 2013 – dégusté le 19 novembre 2017

Nez : arômes de cassis, de réglisse et de petits fruits rouges/noirs. Avec un peu d’air, le nez révèle des notes florales et forestières et le fruit gagne en précision et en définition. Très élégant et invitant.

En bouche, le fruité est précis et expressif, le boisé est bien dosé et la persistance aromatique est très longue.

Agréablement surpris par ce vin! Les deux cuvées Marsannay 2013 de Bruno Clair que j’aie goûtées m’ont plu davantage que ce dont j’aurais cru, a priori… Indéniablement, un domaine que j’affectionne même dans les millésimes plus difficiles!

Millésime 2012 – dégusté le 16 juillet 2017

Robe légère, claire et de teinte rubis. Nez délicat et fin sur des effluves de fruits noirs, de roses et d’épices douces.

En bouche, les tanins sont fins, l’acidité est moyenne et l’amertume n’est pas trop marquée; on prend plaisir à chaque gorgée à découvrir les arômes délicats de petits fruits, marquée par un élevage léger et une minéralité qui apporte une dimension supplémentaire. La finale est sublime sur des notes de framboise et de mûre légèrement acidulées.

Un très beau Longeroies, nettement supérieur au 2011!

Millésime 2011 – dégusté le 5 mai 2016

Robe rubis assez foncé. Le premier nez est superbe sur les petits fruits rouges, avec une légère touche boisée et vanillée. La bouche se développe sur des arômes de cerises rouges, de mûres sauvages et d’épices douces. Le fruit est éclatant, presque gouleyant, rien ne dépasse, tout est parfaitement équilibré : les tanins sont bien intégrés, l’acidité est présente sans être agressive et la finale est assez persistante en bouche.

Après deux heures d’aération, le vin gagne en volume, en concentration et en complexité. Le lendemain, le fait que le vin soit encore très bon m’incite à conserver mes dernières bouteilles encore deux ou trois autres années.

Bien que, au niveau qualitatif, ce 2011 soit une coche en dessous du 2010 bu récemment, il n’en demeure pas moins délicieux. Le vin me semble avoir gagné un peu en finesse et en concentration depuis la dernière fois que j’y ai trempé mes lèvres en août dernier. J’adore les vins de Bruno Clair, ce ne sont jamais des bombes de fruit, mais des pinots noirs élégants et équilibrés.

Millésime 2010 – dégusté le 19 mars 2016

Le nez est envoûtant, de petits fruits rouges viennent titiller mes narines, je passerais des heures à humer les doux arômes. Dès la première gorgée, je suis charmé par la magie de ce vin. Je ressens rapidement des notes fumées, mais qui ne viennent pas gêner les arômes fruités. Chaque gorgée est différente de la première : ce vin possède une complexité aromatique, mais il se laisse apprivoiser aisément en nous laissant une douce sensation qui vient tapisser notre bouche. Très bonne longueur, il se bonifie passablement dans le verre. Le vin a digéré son élevage, le bois me semble moins présent que dans mon souvenir.

À n’en pas douter, comme Bruno Clair le dit lui-même, son Marsannay « Les Longeroies » est aussi durable qu’un Chambolle-Musigny, mais pour la moitié du prix! La Bourgogne est l’une des régions où les prix ont le plus augmenté au cours des dernières années. Cela dit, Bruno Clair est l’un des plus grands producteurs de ce coin de pays et nous avons la chance de retrouver plusieurs de ses produits en bonne quantité sur les tablettes de notre monopole.

Publicités